mercredi 20 septembre 2017

Défi sans sucre jour 3 - émergence partielle

Aujourd’hui, j’aime la vie. Je repense à hier et je me revois, en quasi-détresse. C’est irréaliste comme sensation. Même si le défi à proprement parler demandait de couper quelques sources de sucre, je les ai presque toute coupées, par choix. J’ai gardé les bananes. J’aime les bananes.

Donc aujourd’hui, je n’ai pas « souffert ». À 16 h, mon cerveau s’est mis à « off », cependant. Et je suis partie à la maison. Ma patience était partiellement revenue. Par contre, il faudra que je trouve des alternatives de recettes pour éviter de tomber en dépression alimentaire.

J’en suis à la troisième journée complète. Je suis à la fois contente de ne pas me sentir aussi moche qu’hier, c’est sans doute signe que le bas fond était au jour 2, et déçue de ne pas déjà être « hop la vie ». Cependant, j’ai dû aller me « sucrer » après le dîner, à grands coups de brossage de dents, parce que je faisais une fixation sur du « dessert ». Ça n’aurait pas eu besoin d’être très sucré, mais « farineux ». J’avais envie de farine. J’ai pris mon café « sec », pas d’accompagnement. C’est là que la notion d’habitude embarque. J’aimais manger un « dessert » à 13 h 30, avec mon café d’après-midi.

Côté goût, je ne trouve pas particulièrement que les aliments manquent de saveur. Je mets des bananes dans mes muffins et mes smoothies, mais tout de même, il fut une époque où je mettais du sirop d’érable ou du miel. Et du chocolat. Je ne prévois pas couper les bananes. Il y a des limites quand même. Je peux vivre sans date, mais jamais sans bananes. Que serait la vie sans mouches à fruit?


Bon, je n’ai pas récupéré mon cerveau alors ça suffit. Au jour 4 tout le monde.